RDC: Medecins sans frontieres se mobilise contre la Rougeole

RDC: Medecins sans frontieres se mobilise contre la Rougeole

Mercredi 26 avril 2017 — Depuis novembre 2016, l’organisation internationale humanitaire Médecins Sans Frontières a vacciné plus de 675.000 enfants et soigné plus de 14.000 malades dans des zones de santé réparties à travers cinq provinces du pays : Maniema, Sud Kivu, Tanganyka, Ituri et  Equateur.

Les équipes MSF sont actuellement à pied d’œuvre contre la rougeole en soutien au ministère de la Santé. « Nous faisons face à une situation grave qui nécessite une mobilisation considérable. Le temps est compté car plus nous – MSF, autorités congolaises et autres partenaires – agissons vite et fort, moins cette maladie très contagieuse peut se propager », explique Jeroen Beijnsberger, chef de mission de MSF à Kinshasa.

Pour garantir une couverture vaccinale efficace (95% des enfants de 6 mois à 14 ans vaccinés), les équipes doivent couvrir jusqu’aux coins les plus reculés. Dans un pays aussi vaste que la RDC caractérisée par un manque d’infrastructures routières, cela signifie par exemple parcourir des centaines des kilomètres en moto, traverser des fleuves en pirogue et marcher des jours à travers une forêt inhospitalière.

« Pour atteindre le village de Yalombe, moi et trois autres collègues avons dû marcher pendant six jours aller-retour dans la forêt du Parc de Lomami : on a dormi à la belle étoile en pleine forêt, on a dû rationner la nourriture. On devait faire un trajet de 120 Km à pied au milieu d’hautes herbes jonchées de grosses fourmis qui parfois pénétraient jusque dans nos sous-vêtements.  Parfois, nous étions obligés de sauter par-dessus des vieux arbres tombés qui barraient la route. Tout cela était bien nécessaire pour atteindre un village où nos équipes devaient vacciner plus de 1.600 enfants » raconte Daniel Cibangu, infirmier d’une des équipes MSF engagées dans la province du Maniema.

Le défi logistique est particulièrement important dans les zones marquées par l’insécurité et la présence des groupes armés, comme le Sud Kivu ou le Tanganyka.

La vaccination, meilleure arme contre la rougeole

Outre les campagnes de vaccination, les équipes MSF garantissent la prise en charge médicale des patients affectés par la maladie, principalement des enfants de moins de dix ans. Elles assurent le traitement ambulatoire des symptômes et portent une attention spécifique aux enfants souffrant à la fois de rougeole et de malnutrition car ils sont particulièrement vulnérables.

« Quand la rougeole est arrivée dans notre village, beaucoup d’enfants sont morts, surtout quand les parents recouraient aux traitements traditionnels. Mais ceux qui se sont précipités aux centres de santé ont pu voir que leurs enfants ont été sauvés » raconte Mwayuma Ramazani dans l’hôpital général de référence de Kindu, province du Maniema,  où son enfant est hospitalisé à cause de complications de la rougeole. « J’ai appris que MSF était là pour les soins et, quand mon enfant a commencé à faire de la fièvre, j’ai décidé d’aller au centre de santé. Quand je suis arrivé au centre, l’équipe mobile MSF nous a amenés à l’hôpital. »

« A Manono, dans la province du Tanganyka, près de 900 enfants ont été hospitalisés en janvier. La malnutrition reste un problème: fragiles, les jeunes enfants malnutris sont particulièrement vulnérables aux différentes maladies, dont la rougeole », témoigne Gaudia Storni, coordinatrice terrain MSF.

Depuis novembre 2016, les équipes MSF ont soigné plus de 14.000 enfants dans les provinces où elles interviennent.

Selon les données officielles, la République Démocratique du Congo a connu des victoires contre la maladie ces dernières années avec une diminution du nombre de cas de plus de 95 % entre 2011 et 2015[1].

Cependant, le pays a connu des épidémies majeures de rougeoles : entre 2011 et 2013, une flambée épidémique avait touché 300.000 enfants, dont 5.000 avaient péri[2]. A cette période, 13 millions d’enfants avaient été vaccinés en riposte, dont 3 million par MSF. En 2017, l’épidémie est repartie avec plus de 13.000 nouveaux cas enregistrés. Mais les forts engagements internationaux de l’OMS, de la conférence des Ministres africains de la santé et des différentes partenaires sur la vaccination doivent être poursuivis pour espérer éliminer la rougeole d’ici 2020[3]

-------------------------

NOTES AUX EDITEURS

Médecins Sans Frontières (MSF) est une organisation médicale humanitaire internationale indépendante qui apporte une aide d’urgence aux populations sans accès aux soins de santé, touchées par des conflits armés, des épidémies ou des catastrophes naturelles.

Présente en RDC depuis 35 ans, MSF intervient en appui au ministère de la Santé dans onze provinces offrant des soins médicaux aux victimes de conflits et de violence, aux personnes déplacées ou encore à celles souffrant d’épidémies ou de pandémies comme le VIH/SIDA. De plus, des équipes de réponse aux urgences se tiennent prêtes à répondre sur l’ensemble du territoire en cas de flambée épidémique, de catastrophe naturelle ou de conflit.

Informations médicales – la rougeole

La rougeole représente un danger majeur, surtout chez les enfants de moins de cinq ans. Cette maladie virale, qui se propage par voie orale (éternuements, toux) compte parmi les maladies les plus contagieuses. Elle touche en premier lieu les enfants et provoque de la fièvre et des éruptions cutanées. Les risques de complications sont importants : infections de l'oreille, pneumonies, diarrhées, malnutrition ou encéphalite (inflammation du cerveau). Ces complications peuvent entraîner des convulsions, une cécité, des retards mentaux voire le décès. En l'absence de traitement et dans certains environnements précaires, la rougeole peut provoquer la mort de plus de 7% des malades.

Il n'existe pas de traitement contre le virus de la rougeole. Pour soigner les malades, il faut prendre en charge leurs symptômes et prévenir les complications. Le traitement est simple et repose sur le paracétamol, les antibiotiques, les pommades ophtalmiques et la vitamine A pour prévenir les complications oculaires. Un support nutritionnel peut être nécessaire, car la rougeole est un facteur de risque grave de malnutrition.

Le meilleur moyen de diminuer la mortalité liée à la rougeole reste de renforcer la prévention à travers la vaccination.

[1] Données extraites en décembre 2016 de la base de données de l’OMS sur les maladies préventives par la vaccination.

[2] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4105555/

[3] Conférence Ministérielle en Afrique sur l’immunisation, Février 2016, Addis Ababa, Ethiopie.