Indonésie : Les activités médicales ont débuté à Sulawesi

Vendredi 12 octobre 2018 — Une équipe indonésienne de MSF, composée de médecins, de spécialistes en assainissement et en logistique, a pu se rendre dans les zones sinistrées afin d’y évaluer la situation. En collaboration avec l'équipe du ministère de la Santé (MoH) sur le terrain, les besoins dans les zones rurales et éloignées ont été évalués, la réponse massive du gouvernement étant principalement concentrée dans les zones situées autour des littoraux de Palu City et de Petobo au sud. Malgré les difficultés de transport et d'accès à divers endroits, l’équipe est parvenue à atteindre les zones touchées, principalement autour du sous-district de Dolo Sud, Sigi, et plus au nord le long de la côte ouest du district de Donggala, comptabilisant plus de 50.000 habitants.

« A l’heure actuelle [11 octobre], nous rencontrons encore des patients avec des fractures fermées dues à l'impact du séisme. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec les autorités sanitaires pour que nos équipes, qui se sont organisées en cliniques mobiles, se déplacent tous les jours pour offrir des soins de santé à ces patients », rapporte le Dr Rangi Wirantika, un médecin sur le terrain.

Deux psychologues locaux se joindront bientôt à l'équipe afin de proposer des soins de santé mentale au personnel médical des centres de santé et aux personnes atteintes par la catastrophe.

Alors que les services de la ville de Palu reprennent lentement, la principale priorité est désormais d'apporter un support aux centres de santé situés dans les zones les plus reculées afin de permettre une reprise des activités de soins de santé primaires et assurer la prévention d'épidémies telles que la diarrhée, les maladies de peau et la rougeole. Les vaccinations de routine, la collecte de données et la surveillance épidémiologique des différentes maladies feront également partie du soutien apporté par cette équipe de MSF. Des structures temporaires pour les consultations et les services de maternité seront également installées et l'accès à une eau propre en quantité suffisante sera assuré.

En collaboration avec les communautés locales, l’équipe de MSF a réussi à accéder aux stocks médicaux d’une clinique endommagée. Les fournitures ont ainsi pu être transférer vers une maison voisine afin de reprendre les consultations médicales et de fournir des médicaments.

« Les communautés affectées ont un accès limité à l'eau potable, qui est un facteur crucial pour réduire le risque d'épidémies éventuelles. Dans certaines régions, les gens doivent marcher jusqu'à deux kilomètres pour aller chercher de l'eau », explique Timothius S.P. Benu, spécialiste en assainissement des eaux.

L'objectif principal de MSF sera ainsi de faire en sorte que ces communautés puissent avoir accès à de l'eau potable, notamment en réparant ou en assainissant les sources existantes, comme les pompes à main ou les puits, ou en mettant en place des solutions temporaires à travers la mise en place de réservoirs d'eau et de systèmes de traitement des eaux.

Tout en menant ces activités, l'équipe de MSF continuera d'évaluer les besoins dans les régions environnantes et d'y répondre en conséquence.

***

Copyright photo: Sri Harjanti Wahyuningsih/MSF

Etienne Lhermitte Media Officer at Médecins Sans Frontières/Ärzte ohne Grenzen (MSF)