Les politiques des gouvernements européens condamnent les gens à être enfermés en Libye ou à se noyer en mer.

Amsterdam/Genève - Alors que les gouvernements se réunissent aujourd'hui à l'occasion du sommet du Conseil européen, l'organisation médicale humanitaire Médecins Sans Frontières (MSF) appelle les l'Union Européenne (UE) à revenir à la raison et mettre fin aux politiques qui piègent les personnes vulnérables en Libye ou les laissent mourir en mer.

En Méditerranée, la semaine dernière a été la plus meurtrière de l'année, puisqu'au moins 220 personnes se sont noyées. Il s'agissait de tragédies évitables. Les gouvernements européens ont bloqué les opérations non gouvernementales de recherche et de sauvetage, tout en confiant la responsabilité du sauvetage aux garde-côtes libyens.

Les gouvernements européens financent, forment et équipent les garde-côtes libyens pour intercepter les bateaux en détresse et les ramener en Libye, où ils sont détenus dans des conditions inhumaines. Le weekend dernier, de manière inattendue, quelque 2 000 personnes ont été renvoyées en Libye. De manière arbitraire, sans procédure légale correcte, elles ont été placées en détention à leur arrivée.

Les mêmes gouvernements européens qui, il y a quelques mois à peine, condamnaient fermement l'existence de marchés aux esclaves en Libye, semblent aujourd'hui n'avoir aucune hésitation à mener des politiques qui vont accroître les souffrances des personnes dont le seul "crime" est de fuir les conflits, la violence ou la pauvreté.

"Les Etats membres de l'UE se dédouanent de leurs responsabilités de sauver des vies et condamnent délibérément les personnes vulnérables à être piégées en Libye, ou à mourir en mer, a déclaré Karline Kleijer, responsable des urgences de MSF. Ils sont pleinement conscients de l'extrême violence et des abus dont souffrent les réfugiés et les migrants en Libye. MSF exhorte les gouvernements européens à faire preuve d'une certaine décence et à se rappeler que nous parlons de souffrances et de vies humaines. Ils peuvent commencer par s'engager dans la recherche et le sauvetage et faciliter le débarquement rapide dans des lieux sûrs, ce qui n'inclue pas la Libye."

Les personnes prises au piège dans les centres de détention libyens sont en grande partie pivées d'assistance, car l'accès des organisations humanitaires internationales, y compris MSF et les Nations unies, est très limité, ce qui affecte la capacité de surveillance et de protection. Au cours du dernier mois, MSF a cependant effectué plus de 3 300 consultations médicales dans quatre centres de détention. Les équipes médicales ont constaté que les principaux problèmes de santé sont liés à de mauvaises conditions de vie, incluant la surpopulation et le manque d'eau ou d'assainissement.

Entre-temps, malgré le besoin criant de recherche et de sauvetage, une campagne orchestrée contre les opérations non gouvernementales de recherche et de sauvetage atteint son point de rupture. Dans les eaux internationales, les missions indépendantes de recherche et de sauvetage sont de plus en plus souvent entravées et se voient refuser l'accès aux ports locaux. Ce week-end, l’Aquarius était l'un des trois seuls navires de recherche et de sauvetage en Méditerranée.

"Sauver des vies en mer n'est pas un crime, poursuit Karline Kleijer. Pourtant, le message des gouvernements européens est clair et net : l'aide humanitaire n'est pas la bienvenue. Faire des ONG des boucs émissaires est une tactique pour détourner l'attention des vrais problèmes, à savoir le manque de solidarité ou de vision dans l'UE, et ses procédures d'asile déficientes. Ces actions bloquent et nous empêchent de faire le travail que les gouvernements de l'UE ne font pas, tout en déshumanisant les personnes dans le besoin."

 

***

 

Les 9 et 10 juin, le navire de recherche et de sauvetage Aquarius, affrêté par SOS Méditerranée en partenariat avec MSF, s'est vu refuser l'autorisation d'accoster dans le port sûr le plus proche en Italie. https://www.msf.org/central-mediterranean-european-governments-must-put-peoples-lives-politics

Au cours de la semaine du 19 au 26 juin, alors que des personnes se noyaient ou étaient renvoyées en Libye, 339 autres ont été secourues en mer par l'opération Lifeline et le porte-conteneurs commercial Maersk a été laissé en attente pendant des jours en raison du refus de débarquer dans les ports les plus proches.

Le 26 juin, à travers une décision sans précédent, les autorités maltaises ont refusé à l’Aquarius et au navire de sauvetage Proactiva Open Arms, l'autorisation d'accoster pour une escale de routine. L’Aquarius se dirige maintenant vers le port de Marseille, en France, une fois de plus forcé de rester à l'écart de la zone internationale de recherche et de sauvetage.

Contactez-nous
Anaïs Ludolph Media Coordinator, Médecins Sans Frontières/Ärzte ohne Grenzen (MSF)
Etienne Lhermitte Media Officer, Médecins Sans Frontières/Ärzte ohne Grenzen (MSF)
Anaïs Ludolph Media Coordinator, Médecins Sans Frontières/Ärzte ohne Grenzen (MSF)
Etienne Lhermitte Media Officer, Médecins Sans Frontières/Ärzte ohne Grenzen (MSF)
A propos de Médecins Sans Frontières/Ärzte ohne Grenzen (MSF)

Médecins Sans Frontières/Ärzte ohne Grenzen (MSF)
Médecins Sans Frontières (MSF) est une organisation médicale indépendante et neutre. Ses missions visent à porter secours aux populations dans le besoin, victimes de catastrophes naturelles comme de conflits armés – indépendamment de leur appartenance ethnique, religieuse ou de leur engagement politique.

En 1999, MSF se voit attribuer le prix Nobel de la Paix.