Nigeria : situation humanitaire critique pour les déplacés à Bama, dans l’État de Borno

Vendredi 17 août 2018 — Abuja/Paris/Genève. Médecins Sans Frontières (MSF) a lancé des activités d’urgence pour apporter des soins pédiatriques et nutritionnels à Bama, dans l’État de Borno, au Nigeria, en réponse à une situation humanitaire critique au sein des déplacés qui sont arrivés récemment dans cette ville.  Le manque d’aide notamment en termes d’abris et de soins de santé, a de graves conséquences pour les jeunes enfants. MSF appelle les autorités à fournir urgemment l’aide nécessaire, avant que la situation ne se détériore davantage.

Depuis avril 2018, plus de 10 000 personnes sont arrivées dans le camp de déplacés de la Government Science Secondary School, ou GSSS, de Bama; beaucoup d’entre eux sont en mauvaise santé. Certains des nouveaux arrivants expliquent avoir fui des zones où ils n’étaient plus en mesure d’assurer leur subsistance. D’autres proviennent des zones où l’armée nigériane est en train de mener des opérations militaires contre les groupes armés actifs dans la région.  L’aide fournie n’a pas suivi l’augmentation du nombre de déplacés, qui continuent d’arriver chaque jour. Le camp, conçu pour un maximum de 25 000 personnes, a atteint sa capacité maximale à la fin du mois de juillet, et il n’y a pas assez d’abris pour tout le monde.

« Plus de 6 000 personnes dorment actuellement dehors, exposés à la chaleur, à la pluie et aux moustiques. Certains n’ont même pas les ustensiles nécessaires pour cuisiner les rations alimentaires séchées qui leur sont distribuées, et l’eau n’est pas disponible en quantité suffisante pour satisfaire les besoins minimaux. Beaucoup d’enfants sont dans un état critique quand ils arrivent, et leur conditions empirent dans le camp, par manque d’assistance et de soins », indique Katja Lorenz, cheffe de mission MSF à Abuja.

Entre le 2 et le 15 août, les équipes de Médecins Sans Frontières ont rapporté les décès de 33 jeunes enfants dans le camp. Ce chiffre est extrêmement élevé lorsque l’on considère le nombre total d’enfants de moins de cinq ans dans le camp, estimé à environ 6 000.

De nombreux enfants, souffrant de malnutrition sévère et de complications médicales, ont un besoin urgent de soins intensifs et d’un suivi médical rapproché: la saison des pluies est en cours, ce qui entraîne généralement une augmentation du nombre de cas de paludisme et de diarrhées. L’absence d’un centre nutritionnel thérapeutique et de structures de soins pédiatriques à Bama a des conséquences catastrophiques pour les enfants.

L’hôpital général de Bama, la seule structure hospitalière de la région, n’est pas opérationnel. Les enfants sévèrement malades doivent voyager jusqu’à Maiduguri pour recevoir des soins adaptés. Or de nombreuses personnes à Bama ne sont pas en mesure de payer le transport jusqu’à la capitale de l’État de Borno. Et les centres nutritionnels thérapeutiques de la ville sont actuellement débordés. En plus de mettre en place une structure de soins à Bama, entre le 1er r et le 12 août MSF a transféré 26 enfants vers ses centres de soins pédiatriques à Maiduguri.

« Malgré la présence d’agences gouvernementales et d’organisations internationales humanitaires à Bama, la situation médicale et nutritionnelle s’est détériorée jusqu’à un niveau critique, ajoute Katja Lorenz. Il faut intervenir rapidement pour éviter le surpeuplement et assurer des conditions de vie dignes dans le camp du GSSS. Et il faut augmenter au plus vite l’offre de soins de santé secondaires et d’urgence pour les personnes déplacées et les résidents de Bama. »

Le 16 août, Médecins Sans Frontières a ouvert une structure de soins de 30 lits pour les enfants de moins de cinq ans sévèrement malnutris et les enfants de moins de 15 ans souffrant de paludisme sévère et d’autres maladies. Il s’agit d’une intervention de court-terme en réponse à la situation humanitaire critique à Bama, en attendant le déploiement d’une aide plus conséquente aux populations. MSF appelle les autorités à apporter une réponse aux besoins humanitaires urgents à Bama, avant que la situation n’empire davantage.

***

MSF travaille dans l’État de Borno, dans le nord-est du Nigeria, depuis mai 2014. Ses équipes offrent une assistance médicale et humanitaire aux personnes déplacées et aux populations locales dans de nombreuses villes, comme Maiduguri, Pulka, Gwoza et Rann, parmi d’autres.

En 2016, les équipes de MSF avaient déjà découvert une situation humanitaire catastrophique à Bama. MSF avait alors alerté sur la situation et lancé une intervention d’urgence.