RDC, Ituri : Les populations de Nizi et Bambou privées de service médical de base.

Le 28 octobre dernier, un convoi de MSF a été pris pour cible sur la route de Bambou, en Ituri, alors qu’il revenait d’une zone où les équipes s’étaient rendues pour répondre aux besoins médicaux des populations. Deux employés de l’organisation ont été blessés, et les trois autres passagers qui étaient dans le véhicule ont été profondément choqués. A l’heure actuelle, les auteurs et leurs motifs ne sont toujours pas connus.

« Aujourd’hui, les conditions d’un accès sécurisé nécessaire à la reprise de nos activités ne sont pas réunies, souligne Stéphane Hauser, coordinateur de projet à Nizi. Cela demande un engagement par toutes les parties au conflit, sans exception ».

Les activités de MSF autour des localités de Bambou et Nizi en support au Ministère de la Santé Publique sont suspendues. Cela signifie que les populations n’auront plus accès à l’assistance médicale et humanitaire. Par ailleurs, l’organisation humanitaire a demandé aux autorités compétentes qu’une enquête soit démarrée afin de faire la lumière sur l’évènement survenu à Bambou.

Depuis 4 ans MSF s’efforce d’apporter de l’aide aux civils, aux blessées, et aux populations affectées par le conflit en Ituri, de part et d’autre de la ligne de front. « La suspension de nos activités prive la population du minimum d’assistance médicale que notre présence permettait d’assurer, ajoute Stéphane Hauser. Nous sommes indignés à l’idée que les civils, les blessés et les malades puissent à nouveau payer le prix de cette insécurité ».

Pour pouvoir répondre aux besoins des populations affectées par un conflit meurtrier et sauver des vies, il est indispensable de préserver la sécurité de nos médecins, et de faciliter l’accès sécurisé aux terrains d’intervention dans l’ensemble des zones disputées, où l’action humanitaire est guidée par des principes de neutralité et d’impartialité.

La question qui se pose à tous les belligérants à travers l’exemple de MSF dépasse par ailleurs les évènements de ces dernières semaines. La violence fait rage depuis 2017 dans la province de l’Ituri, en particulier dans les zones où MSF mène des projets. « Il y a un impératif urgent de compréhension et d’acceptation de l'aide humanitaire ainsi que de ses principes. Cela doit être clarifié rapidement afin de nous permettre d’établir si, oui ou non, les conditions d’une perspective de retour sont réunies, » conclut Stéphane Hauser.

MSF appelle ainsi les FARDC, les CODECO* et l’ensemble des parties prenantes impliquées dans le conflit en Ituri, à œuvrer pour permettre à l’aide humanitaire d’être acheminée et délivrée sur toute l’étendue de la province.

***

Médecins sans Frontières œuvre chaque jour autour des principes d'action : impartialité, neutralité, indépendance. Dans la province de l’Ituri, MSF appuie en collaboration avec le ministère de la santé 4 hôpitaux généraux (HGR), 12 centres de santé, trois postes de santé et 32 sites de soins communautaires dans les zones de santé de Drodro, Nizi et Angumu pour la prise en charge des maladies pédiatriques, de la malnutrition, du paludisme, des violences sexuelles et de la santé mentale.

Les activités de MSF à Nizi et Bambou s’adressaient à une population estimée à plus de 470 000 personnes, parmi lesquelles près de 175 000 résidant à Nizi, 176 000 à Bambou et 120 000 déplacées internes. Au sein de ce projet, les équipes de MSF ont réalisé plus de 33 000 consultations au cours du premier semestre de 2021 et animé 21 229 sessions de sensibilisation.

* FARDC: Forces Armées de la République démocratique du Congo/ CODECO : Coopérative du Développement du Congo

Contactez-nous
Djann Jutzeler Communications Officer, Médecins Sans Frontières
Djann Jutzeler Communications Officer, Médecins Sans Frontières
A propos de Médecins Sans Frontières/Ärzte ohne Grenzen (MSF)

Médecins Sans Frontières/Ärzte ohne Grenzen (MSF)
Médecins Sans Frontières (MSF) est une organisation médicale indépendante et neutre. Ses missions visent à porter secours aux populations dans le besoin, victimes de catastrophes naturelles comme de conflits armés – indépendamment de leur appartenance ethnique, religieuse ou de leur engagement politique.

En 1999, MSF se voit attribuer le prix Nobel de la Paix.