Retour de l’Aquarius en Méditerranée, où les besoins en secours sont plus nécessaires que jamais

Mercredi 1 août 2018 — Le bateau de secours Aquarius, géré en partenariat par SOS Méditerranée et Médecins Sans Frontières (MSF), appareille aujourd'hui de Marseille après une escale prolongée. L’Aquarius se dirige vers la Méditerranée centrale afin de venir en aide aux personnes en détresse en mer.

"La route de la Méditerranée centrale est la plus meurtrière au monde", déclare Aloys Vimard, coordinateur de projet MSF à bord de l'Aquarius. "Il n'y a presque plus de navires de sauvetage en Méditerranée centrale et aucune capacité de recherche et de sauvetage des Etats européens. Les secours humanitaires en mer sont désespérément nécessaires, maintenant plus que jamais. Sauver les personnes en détresse en mer reste une obligation légale et morale. Plus de 700 personnes se sont noyées ces dernières semaines. Ce mépris pour la vie humaine est terrifiant. "

En plus de deux ans d'opérations ininterrompues de recherche et de sauvetage en Méditerranée centrale, c’est la première fois que l’Aquarius a passé plus d’un mois au port. Ce séjour prolongé a été la conséquence de l’évolution du contexte en Méditerranée centrale qui a gravement affecté les opérations de secours. Les conflits politiques à propos des ports de débarquement ont conduit à bloquer en mer des navires ayant secouru des migrants, pendant parfois des semaines. Les organisations humanitaires qui sauvent des vies en mer ont été criminalisées et empêchées d’entrer dans les ports italiens et maltais.

Bien que les États européens soient pleinement conscients du niveau alarmant de violence et d'exploitation contre les réfugiés, les migrants et les demandeurs d'asile en Libye, le transfert des responsabilités de coordination des secours en mer aux garde-côtes  libyens soutenus par l'UE s’est accéléré. Un nouveau Centre conjoint de coordination des secours libyen (JRCC) a été reconnu par l'Organisation maritime internationale (OMI) à la fin du mois de juin.

En Libye, des réfugiés, des demandeurs d'asile et des migrants continuent d'être arbitrairement détenus dans des centres surpeuplés et inhumains où l'aide humanitaire fournie reste en-deçà besoins croissants.

"Malgré la situation de plus en plus complexe en Méditerranée centrale, notre objectif reste le même qu'au début, à savoir sauver des vies en mer; empêcher les hommes, les femmes et les enfants de se noyer et les amener dans un lieu sûr où leurs besoins fondamentaux sont satisfaits et leurs droits protégés et garantis " explique M. Vimard.

Alors que l’Aquarius retourne en Méditerranée, MSF, SOS Méditerranée et les équipes à bord réaffirment que :

  • L’Aquarius continuera à secourir les personnes en détresse en mer dans le plein respect du droit maritime.
  • L’Aquarius continuera de se coordonner avec toutes les autorités maritimes compétentes en accord avec les conventions maritimes internationales.
  • L’Aquarius ne peut pas se conformer aux instructions qui retardent l'assistance aux personnes en détresse en mer, s'il n'est pas certain que tous les autres moyens disponibles ont été déployés pour aider ceux qui sont en danger et les amener dans un lieu sûr.
  • L’Aquarius ne débarquera pas les personnes sauvées en mer en Libye. La Libye n'est pas un lieu sûr pour les réfugiés, les demandeurs d'asile et les migrants. Un lieu sûr est un endroit où leurs besoins fondamentaux sont respectés, mais aussi un endroit où ils peuvent demander la protection à laquelle ils ont droit et où ils ne courent pas le risque d'autres abus et violations – ce qui n’est pas le cas de la Libye pour l'instant.
  • Les réfugiés, les demandeurs d'asile et les migrants interceptés en mer ne devraient pas être renvoyés en Libye. Par conséquent, l’Aquarius est obligé de refuser toute instruction par les autorités maritimes de débarquer les personnes secourues en mer en Libye, ou de transférer les personnes secourues en mer sur tout navire qui les débarquerait en Libye.

 

NOTE DE L'ÉDITEUR

Avec plus de deux ans d'intervention en Méditerranée centrale, l'Aquarius a assisté plus de 29 000 personnes dans plus de 200 opérations en mer, toutes coordonnées par les autorités maritimes compétentes. En de nombreuses occasions, l'Aquarius a été mobilisé par les autorités maritimes pour accueillir les personnes secourues par d'autres navires en Méditerranée centrale, qu'il s'agisse de navires commerciaux, militaires ou de la garde côtière. Le navire dispose de trois canots de sauvetage rapides équipés d'outils de flottaison d'urgence pour les opérations de sauvetage en masse, d'un équipage de 35 marins spécialement recrutés, de sauveteurs et d'une équipe médicale de MSF formée pour aider les personnes en détresse en mer. L’Aquarius a été conçu pour fournir des soins d'urgence à plus de 500 personnes à la fois pendant plusieurs jours en haute mer.

Pendant son séjour à Marseille, l'Aquarius a été équipé d'un nouveau bateau de sauvetage rapide pour permettre des opérations de sauvetage plus efficaces. Avec la probabilité accrue que les personnes secourues en mer devront passer plus de jours à bord avant de pouvoir débarquer dans un endroit sûr, des provisions supplémentaires de nourriture et de médicaments ont été embarquées sur le navire. Un conteneur d'expédition réfrigéré a été installé pour stocker les corps des personnes qui se sont noyées. La probabilité de mourir pour les personnes prenant la route de la Méditerranée centrale s’est accrue.