Skip to Content
Soudan du Sud : Deux décès dus à l'hépatite E dans le camp de personnes déplacées de Bentiu

Soudan du Sud : Deux décès dus à l'hépatite E dans le camp de personnes déplacées de Bentiu

Une augmentation alarmante du nombre de patients atteints d'hépatite E et de diarrhée aqueuse aiguë a été observée dans le camp de personnes déplacées de Bentiu, au Sud-Soudan. L'organisation humanitaire médicale internationale Médecins Sans Frontières alerte : la situation est critique avec déjà deux décès enregistrés en un mois depuis fin juillet.

Depuis juillet, les équipes MSF ont traité quatre fois plus de patients atteints d'hépatite E qu'au cours des mois précédents. Sur les 186 cas signalés en 2021, plus de 60% ont été enregistrés sur six semaines entre juillet et mi-août. Parmi les patients décédés, l'un d'entre eux était une femme enceinte, comme l'a souligné le ministère de la Santé du Sud-Soudan en date du 15 août. Il s'agit d'une maladie très préoccupante, en particulier pour ce groupe de personnes, car elles sont plus susceptibles de souffrir de maladies graves et le taux de mortalité peut atteindre 10 à 30 %.

"Nous avons à plusieurs reprises mis en garde contre les risques sanitaires liés à l'insuffisance des services d'eau et d'assainissement dans le camp de Bentiu. L'incapacité à résoudre ces problèmes, les agences ayant effectivement réduit leurs services d'eau et d'assainissement au cours de l'année dernière, a maintenant abouti à cette situation évitable " explique Federica Franco, directrice nationale de MSF.

L'hépatite E est une maladie virale du foie répandue dans les environnements où l'approvisionnement en eau et l'assainissement sont insuffisants. Elle se transmet le plus souvent par voie oro-fécale, lorsque les personnes ingèrent de l'eau ou des aliments contaminés par les matières fécales d'une personne infectée. Les symptômes sont : la jaunisse aiguë qui donne une coloration jaune aux yeux et à la peau, la fièvre, la diminution de l'appétit, des nausées et des vomissements, des urines foncées et une hypertrophie du foie, même si certaines personnes ne présentent aucun symptôme.

Les équipes MSF ont également constaté une croissance exponentielle du nombre de personnes souffrant de diarrhée aqueuse aiguë. Alors que nous traitions en moyenne 230 patients par mois tout au long de l'année, nous en avons vu 1 454 en juillet, soit une augmentation de 50 % par rapport au nombre de patients vus en juin. Les enfants de moins de cinq ans sont les plus touchés.

« Nous n'avons pas de récipients d'eau dans notre maison et parfois mes enfants vont se coucher sans se doucher parce que le seul jerrycan que nous avons ne suffit pas pour nous doucher tous les cinq. Nous l'utilisons seulement pour boire », explique Nyaker Deng Bol, 24 ans, résident du camp.

Le manque de savon et de latrines, ainsi que les égouts à ciel ouvert, font partie des problèmes d'hygiène qui contribuent à la situation épouvantable de plus de 100 000 personnes vivant dans le camp. Lors d'une enquête menée par les équipes de MSF ce mois-ci, moins de 27 % des ménages échantillonnés ont pu montrer un morceau de savon lors d'un entretien dans leurs abris. De plus, seulement 13 % des personnes ont accès à des points de lavage des mains avec de l'eau et du savon à proximité des latrines.

Une précédente évaluation de MSF en avril a montré que le nombre de latrines fonctionnelles dans le camp était dix fois inférieur à la norme internationale minimale pour la taille de la population.

"La situation déplorable en matière d'eau et d'assainissement dans le camp de Bentiu n'est pas un phénomène nouveau, mais elle a continué à se détériorer de manière drastique au cours des deux dernières années, laissant une population déjà vulnérable à un risque élevé d'épidémies, comme nous le constatons actuellement", analyse Samreen Hussain, coordinateur médical adjoint de MSF.

Alors que MSF a mobilisé une réponse médicale, les organisations qui fournissent de l'eau et de l'assainissement dans le camp de Bentiu ont augmenté leurs services pour faire face aux conditions inacceptables. Le curage, le nettoyage et la réhabilitation des latrines existantes, la construction de nouvelles latrines et la distribution de savon et de récipients d'eau doivent se poursuivre de toute urgence, car les conditions d'eau et d'assainissement sont toujours extrêmement mauvaises.

Travaillant à Bentiu depuis 2014, MSF gère actuellement un hôpital de 136 lits avec un service d'hospitalisation, une salle d'urgence pour enfants et adultes et un service de chirurgie. Nous fournissons des soins maternels pour les cas d'obstétrique compliqués, des soins pour les survivants de violences sexuelles et sexistes, des traitements pour le VIH/sida, la tuberculose et le Kala azar, des soins de santé mentale, un centre d'alimentation thérapeutique pour les patients hospitalisés, un programme de proximité au sein du camp de déplacés et une prophylaxie post-exposition pour la rage. Nous fournissons également des services d'eau et d'assainissement.

Contactez-nous
Djann Jutzeler Communications Officer, Médecins Sans Frontières
Djann Jutzeler Communications Officer, Médecins Sans Frontières
A propos de Médecins Sans Frontières/Ärzte ohne Grenzen (MSF)

Médecins Sans Frontières/Ärzte ohne Grenzen (MSF)
Médecins Sans Frontières (MSF) est une organisation médicale indépendante et neutre. Ses missions visent à porter secours aux populations dans le besoin, victimes de catastrophes naturelles comme de conflits armés – indépendamment de leur appartenance ethnique, religieuse ou de leur engagement politique.

En 1999, MSF se voit attribuer le prix Nobel de la Paix.